Interpellation - Quel avenir pour les cartes journalières CFF vendues par les communes ?

Romain Pilloud, conseiller communal socialiste, s'est inquiété lors du dernier conseil communal de l'annonce de l'Alliance Swisspass sur la fin de l'offre permettant aux communes de vendre des cartes journalières CFF à prix doux à la population en 2023. Il a interpellé la Municipalité à ce propos, qui répondra prochainement par écrit, et espère que la commune résistera à cette annonce de suppression et le cas échéant, proposera une offre de remplacement.



Interpellation :


Annoncé il y a quelques jours, les partenaires de l’Alliance Swisspass ont annoncé vouloir mettre fin à l’offre permettant aux communes de vendre des cartes journalières pour les transports publics à prix très avantageux. C’est en 2023 qu’on attend cette disparition, sans pour connaître quel autre type d’offre viendrait la remplacer. C’est un véritable coup de frein à une offre populaire.


Après la fin de l’abonnement général pour étudiant·e·s, c’est un deuxième coup de massue contre toutes et tous les usager·ère·s des transports publics. L’offre permettait notamment à des gens ayant peu de moyen de pouvoir se promener à travers la Suisse. Elle permettait, tout comme d’autres prestations, d’encourager l’usage des transports publics pour le loisir. Enfin, c’était la seule offre avantageuse accessible sans smartphone. L’Alliance Swisspass explique notamment cette suppression par l’augmentation du nombre de billets dégriffés, qui eux, ne sont accessibles à l’achat qu’à travers l’application CFF. Il faut disposer d’un smartphone ou d’un ordinateur, et il s’agit d’une offre plus contraignante en termes d’horaires et de disponibilité.


Ce constat m’amène à poser les questions suivantes à la Municipalité :


1. Que pense la Municipalité de la suppression de l’offre des cartes journalières vendues par les communes ?

2. La Municipalité pense-t-elle réagir auprès de l’Union des Villes Suisses afin d’exprimer l’importance de se mobilier sur cette question ?

3. La commune peut-elle réagir auprès d’autres institutions, notamment auprès du Conseil d’Etat vaudois, afin d’engager les différents échelons politiques pour le maintien de cette offre ?

4. En cas de suppression effective de l’offre en 2023 sans remplacement par une offre au moins autant attractive, la commune pourrait-elle mettre en place un système similaire permettant aux citoyen·ne·s de bénéficier de cartes journalières à prix réduit ou équivalent ?



Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square